Violeta Parra

Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl
Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl

« Merci à la vie qui m’a tant donné
elle m’a donné le rire et elle m’a donné les pleurs,
ainsi je distingue bonheur et déchirement
les deux matériaux qui composent mon chant »

J’ai souvent dansé sur Gracias a La Vida.

Derrière cette ode à la vie et à l’amour, il y a Violeta Parra (1917 – 1967), icône de la culture chilienne.

Si Violeta Parra est surtout connue pour sa voix, ses textes, ses compositions et son engagement dans la sauvegarde des arts folkloriques chiliens… elle a également marqué l’histoire de l’art en devenant, en 1964, la première artiste latino-américaine à être exposée au palais du Louvre.

Le Figaro parle alors d’une « extraordinaire artiste chilienne ». Et d’ajouter : « Leonard de Vinci a fini au Louvre. La Chilienne Violeta Parra a commencé au Louvre ».

Au Musée des Arts Décoratifs de Paris, du 8 avril au 11 mai 1964, ce sont au total plus de 60 oeuvres qui sont exposées : des tapisseries brodées à grands points de laine de couleurs sur de la toile de jute, des petites peintures à l’huile, des sculptures, des masques, …

Violeta Parra insiste pour que ces tapisseries soient exposées sans cadre.

Et quand la critique d’art Marie-Magdeleine Brumagne la questionne sur son travail, elle répond :
– « Je ne peux rien expliquer »
– « Mais vous avez appris ? »
– « Non, je ne sais rien, je ne sais même pas dessiner »
– « Vous avez tout réinventé ? »
– « Oui, tout le monde peut faire ça, inventer »

Tout ce qu’elle sait, Violeta Parra l’a appris par elle-même. Son père, professeur de musique et alcoolique notoire, décède quand elle est toute jeune. Elle hérite de sa guitare. A 12 ans, elle compose ses premiers morceaux. A 15 ans, elle parcourt le Chili, chante dans les cirques, la rue, les petites salles de quartier.

Bien plus tard, clouée au lit à cause d’une hépatite, elle trouve un peu de toile de jute, de la laine et elle se met à tisser : « Je fais mes tapisseries sans idée précise de là où je veux aller à la fin. Je vois. Progressivement, je fais ce qu’il faut. »

Ca me rappelle l’Art Brut et ses créateurs autodidactes, hors normes, étrangers aux milieux artistiques, créant librement. « Je plonge dans un monde où mes mouvements sont guidés par une force extérieure, comme si mon subconscient prenait le pas sur l’aspect conscient de mon cerveau. » disait H.R. Giger.

Ses tapisseries, ses peintures, ses sculptures, Violeta Parra les offrait. Aux amis, aux connaissances.

Aujourd’hui, la plupart de ses oeuvres sont rassemblées au Musée Violeta Parra inauguré le 4 octobre 2015 à Santiago de Chili, à l’initiative de ses enfants, Isabel et Ángel Parra.

Pour cette artiste protéiforme, la musique et les arts plastiques ne font qu’un. Pas de hiérarchie possible. Ses compositions visuelles comme ses paroles sont nées d’un irrépressible besoin de communiquer et de transmettre.

Et quand on lui demande d’adresser un conseil aux jeunes créateurs, elle répond ceci : « Je leur dirais peut-être d’écrire comme ils le sentent… Qu’ils utilisent leurs propres rythmes. Qu’ils essaient plusieurs instruments et qu’ils détruisent la métrique. Qu’ils crient au lieu de chanter. Qu’ils soufflent la guitare et grattent la trompette. Qu’ils haïssent les mathématiques et visent le chaos. La création est un oiseau sans plan de vol. Il ne volera jamais en ligne droite. »

« L’art de Violeta Parra est simple, naturel et spontané. »

Beau, à son image.

A télécharger : http://museovioletaparra.cl/wp-content/uploads/2015/10/MVP_Catalogo_Revisado.pdf
A lire : Qui se souvent de sa vie ? Marie-Magdeleine Brumagne (pages 135 à 140, Violeta Azul)
A voir : Violeta réalisé par Andrés Wood avec Francisca Gavilán dans le rôle de Violeta Parra

Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl
Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl
Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl
Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl
Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl
Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl
violeta_parra_8
Photo : Museo Violeta Parra http://museovioletaparra.cl

2 commentaires

  1. p.wal dit :

    Je découvre et du coup j’ai de quoi maintenant occupé mes journée au boulot….

    J'aime

    1. p.wal dit :

      *occuper mes journées… Le français, cette plaie :)

      J'aime

Les commentaires sont fermés.