Le Symbolisme, miroir de l’âme

Arnold_Bocklin_3
Autoportrait à la mort violoniste, Arnold Böcklin, 1872

Vous parler de Félicien Rops et de son Pornocratés m’a rappelé à quel point j’aimais le Symbolisme.

Non seulement j’aime ce mouvement artistique de la fin du XIXème mais, bien au delà de ça, je m’identifie à lui. Corps et âme.

En fait, on ne peut pas parler d’un mouvement à proprement dit. Le Symbolisme fut plutôt un état d’esprit.

On est en pleine révolution industrielle. Les inventions se succèdent. Tous ne jurent par la Science, vecteur de progrès. Cette foi en la Science remplace la foi religieuse. « Le monde est aujourd’hui sans mystère » écrit-on en 1885.

Le Symbolisme s’érige en réaction à cette perte drastique de spiritualité.

« Anywhere out of the World » (Ch. Baudelaire). Tel pourrait être le mot d’ordre du Symbolisme. Le mien aussi by the way. Fuir. Fuir n’importe où, hors de ce monde.

Comment échapper au monde matériel ? Facile ! Il suffit de se tourner vers la spiritualité, l’imagination, les rêves, l’inconscient (bien avant Freud !), l’ésotérisme, le satanisme, les mythes anciens, les légendes médiévales, les contes de fées, la littérature du passé, … Par ce fait même, les Symbolistes dépassent la simple représentation réaliste.

Avec le Symbolisme, l’Art (qu’il s’agisse de la littérature, de la poésie ou des arts plastiques) explore les mystères de l’âme. Une profonde intériorisation que viendra chambouler – d’un coup d’un seul – la première guerre mondiale, dur rappel à la réalité.

Le monde tel que le décrivent les Symbolistes m’est familier. Un monde évanescent (intérieur, subjectif et psychique) où règne un climat de mystère. Ou les femmes, omniprésentes, sont à la fois des chastes mères, des muses mais également des êtres pervers empreints de cruauté. Des contrées surnaturelles, en demi-teintes, où dominent la mélancolie et la solitude. Toujours belle(s). Un univers hallucinatoire, irréel, étrange fait de signes et de symboles.

« Il faut peindre uniquement ce qu’on n’a jamais vu et qu’on ne verra jamais. »

Contrairement aux représentants de l’Impressionnisme, du Naturalisme ou du Réalisme de la même période, les Symbolistes s’adressent non plus au regard mais à l’imagination. L’invisible prend le dessus sur le visible. L’art devient le miroir de l’âme, il concrétise les angoisses, les visions et les états d’âme, comme le fera également l’Expressionisme un demi siècle plus tard.

Et ça me plaît. Et ça me parle.

Dis-moi ce que tu aimes en matière d’art, je te dirai qui tu es.

Symboliste je suis, assurément.

Jean_Delville_3
Jean Delville, Parsifal – détail, 1890
Jean_Delville_2
Madame Stuart Merrill / Mysteriosa, Jean Delville, 1892
khnopff_1
Le Sphinx, Fernand Khnopff, 1896
Felicien_Rops
La Tentation de saint Antoine, Félicien Rops, 1878
Arnold_Bocklin_2
L’Île des morts (Die Toteninsel), Arnold Böcklin, 1886
Arnold_Bocklin
Dans le jeu des vagues, Arnold Böcklin, 1883
Ferdinand_Hodler_1
La Nuit, Ferdinand Hodler, 1890
James_Ensor
Autoportrait aux masques, James Ensor, 1899

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s