Marcel Broodthaers

Marcel Broodthaers
Marcel Broodthaers, Elisabeth Magis et Raphaël August Opstaele. Musée d’Art Moderne – Département des Aigles (1968)

Jeudi prochain, le 16 juin, ma mère aurait eu 74 ans. Ou 75. Je n’ai jamais eu une bonne mémoire des chiffres.

Aimait-elle l’art ? Plus que l’art, elle aimait les artistes. Eperdument.

Parlions-nous d’art ensemble ? Rarement. Elle me parlait de mon père. Beaucoup et souvent. Elle me parlait du Mass Moving aussi. Du voyage en Transsibérien, de l’incubateur géant à papillons, …

Et puis, elle me parlait souvent d’un artiste qu’elle avait côtoyé à cette époque.

Il était bel homme, poli, bien élevé. Différent de la « faune » habituelle, sauvage et sans gêne. Il venait régulièrement au 41 de la Rue Lebeau. Pour discuter, manger un morceau, refaire le monde. C’était un érudit, un intellectuel, un beau parleur. Elégant. Raffiné. Il ne roulait pas sur l’or… alors il empruntait ici et là. En échange, il offrait des oeuvres.

Cet homme, c’était Marcel Broodthaers.

Marcel Broodthaers est né à Bruxelles, en 1924. Il aime Mallarmé, Baudelaire, Magritte, … Rapidement, le jeune homme veut devenir poète. Il abandonne ses études de chimie pour se consacrer à la littérature. Fin des années 50, il publie son premier recueil de poésie. Ca ne prend pas. Le temps passe. Il enchaîne différents métiers.

« Moi aussi, je me suis demandé si je ne pouvais pas vendre quelque chose et réussir dans le vie. Cela fait un moment déjà que je ne suis bon à rien. Je suis âgé de quarante ans… L’idée d’inventer quelque chose d’insincère me traversa l’esprit et je me suis mis aussitôt au travail (…) »

En 1963, il noie le solde invendu de ses recueils de poésie dans du plâtre et l’expose. Ca plaît ! Le poète devient artiste plasticien.

Marcel Broodthaers est connu à travers le monde pour ses assemblages : de moules, de bouteilles, de coquilles d’oeuf, … La moule étant aux Belges ce que la soupe Campbell est aux Américains, on assimile rapidement son travail au Pop Art et au Nouveau Réalisme. L’objet de consommation devient oeuvre d’art.

A la manière de Magritte, qu’il côtoyera un moment, Marcel Broodthaers joue avec le langage qu’il utilise comme un outil visuel. On le dit Surréaliste.

En 1968, il transforme le rez-de-chaussée de sa maison en Musée (improvisé) dont il s’auto proclame directeur et conservateur. Le Musée d’Art Moderne – Section XIX siècle – Département des Aigles est né.

Ceci n’est pas une œuvre d’art
This is not a work of art
Dies ist kein Kunstwerk
Marcel Broodthaers questionne l’institution muséale et le statut d’oeuvre d’art. On le dit Dadaiste.

Son oeuvre, (re)connue à travers le monde, est polymorphe et complexe. Impossible à étiquetter. Elle semble contenir un secret dont il aurait emporté la clé.

Marcel Broodthaers est mort le jour de sa naissance, le 28 janvier. A l’âge de 52 ans.

Je les imagine parfois, ma mère et lui. Ensemble, ils écriraient des poèmes sous la pluie (…)