Daisuke Ichiba à la galerie E²/Sterput

1920058_525100350936106_1354994392_n

« Les œuvres de Daisuke Ichiba ont la crudité d’une psychanalyse sauvage : sous la civilisation, toutes les folies du mal. » (Philippe Dagen, LE MONDE, 24.11.2017)

J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’Art Brut.

Tout y était : la prédominance du noir, les touches de couleur, l’infiniment petit, le souci du détail, la précision du trait, les éléments décoratifs complexes, les motifs répétés, la profusion, la géométrisation, le chaos, la brutalité, l’aspect organique, le côté enfantin, …

Et pourtant, Daisuke Ichiba n’est pas – à proprement parlé – un artiste d’Art Brut.

Il est autodidacte, certes. Il se situe en marge des institutions muséales, certes. Mais il s’assume en tant qu’artiste (à l’inverse des artistes d’Art Brut).

Daisuke Ichiba vit et travaille à Tokyo. Comme beaucoup d’autres artistes de l’underground tokyoïte, il prône la liberté et l’indépendance institutionnelle. C’est la raison pour laquelle il a choisi de s’auto éditer, à raison d’un album par an.

Son univers ? Il le qualifie de « chaosmos ». Chez Daisuke Ichiba, les extrêmes se côtoient et s’entremêlent : la vie et la mort, la beauté et la laideur, la sérénité et la violence, le rêve et le cauchemar, la tradition et la modernité, la fantaisie et l’épouvante, l’attraction et la répulsion, … Un peu à la manière de l’ero guro nansensu dont il s’inspire, mouvement artistique et littéraire japonais des années 30 combinant l’érotisme et le macabre, le grotesque.

Une œuvre hybride – entre l’estampe et le manga – qui illustre parfaitement la complexité et l’ambigüité de la culture nipponne.

Une œuvre très personnelle également, miroir de ses souvenirs d’enfance, parmi lesquels les funérailles de sa mère ou encore la découverte de cadavres d’animaux en décomposition.

En France, Daisuke Ichiba est édité par Le Dernier Cri, Le Lézard Noir, Timeless et United Dead Artists.

Et, Ô bonheur, Ô fierté, plusieurs de ses dessins sont actuellement exposés à Bruxelles, dans une petite galerie alternative du centre-ville : E²/Sterput – Rue du Pont neuf, 4 – 1000 Bruxelles.

Une expérience forte et rare que de se retrouver face à un Daisuke Ichiba, ne ratez pas le coche ;)

E²/Sterput : http://galerie-e2.org
Expo Daisuke Ichiba : http://galerie-e2.org/daisuke-ichiba
Jusqu’au 21 avril
Entrée libre

Daisuke Ichiba sur Facebook : https://www.facebook.com/badajapan
Daisuke Ichiba sur Instagram : https://www.instagram.com/badajapan

IMG_20180406_202938_702

PSX_20180406_202209

IMG_20180406_201241_153

IMG_20180406_201508_270

IMG_20180406_201641_927

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s