Augustin Lesage, peintre spirite

Augustin_Lesage_5

Parmi les plus belles histoires de l’art, il y a celle d’Augustin Lesage.

Augustin Lesage naît le 9 août 1876 à Saint-Pierre-lez-Auchel (Pas-de-Calais, France), dans une famille ouvrière modeste.

A l’âge de 14 ans, il devient mineur, comme son père. Quelques années plus tard, il épouse une fille de mineur.

En 1911, à 35 ans, alors qu’il ne s’est jamais intéressé à l’art et n’a jamais manifesté la moindre prédisposition pour la création artistique, il entend une voix dans le fond de la mine : « Un jour, tu seras peintre ».

A cette période, le spiritisme est très en vogue. Augustin Lesage est invité par ses camarades mineurs à une séance spirite. Le message lui est confirmé : il sera peintre.

Augustin Lesage commence à dessiner. Il signe ses dessins automatiques « Marie » du nom de sa sœur décédée en 1883 à l’âge de 3 ans.

En 1912, les « esprits » lui commandent de passer à la peinture. Le mineur, qui n’a jamais vu un tube de peinture de sa vie, reçoit de ses guides le nom des couleurs à acheter.

Sa première toile fera 3 mètres sur 3. Il y travaillera une année entière, après d’harassantes journées à la mine.

Au total, Augustin Lesage, ce mineur à la formation intellectuelle rudimentaire, totalement étranger au monde de l’art, créera plus de 800 œuvres, toutes plus magistrales les unes que les autres.

Sa peinture est dite médiumnique dans le sens où les images lui sont dictées par une entité tierce. Augustin Lesage est guidé par une force invisible et se qualifie « d’ouvrier à la disposition des esprits ».

Comme tout bon medium qui se respecte, il n’utilise ni croquis préparatoire, ni projet préalable. Augustin Lesage peint par ligne, de haut en bas, par accumulation de microéléments. L’œuvre, dictée, se dévoile à lui au fur et à mesure de sa réalisation.

Sa vitesse d’exécution est exceptionnelle. Sa maîtrise du trait, parfaite… ne nécessitant aucune retouche. Deux spécificités propres à la peinture médiumnique.

Qu’est ce qui rend les œuvres d’Augustin Lesage exceptionnelles ? La géométrisation. Le souci du détail. La profusion. L’originalité ornementale. La composition d’ensemble. L’effet kaléidoscopique. La prouesse technique.

En 1921, Augustin Lesage reçoit la visite de Jean Meyer, directeur de la Revue spirite. Celui-ci devient son mécène, ce qui permet à l’artiste de se consacrer entièrement à la peinture. Il quitte la mine en 1923.

Bien entendu, l’œuvre d’Augustin Lesage est aujourd’hui rattachée à l’art brut. On peut toutefois y voir également une filiation avec l’art abstrait ou encore le surréalisme.

Il y avait plein d’autres choses à dire / à écrire sur Augustin Lesage. Autant d’explications psychanalytiques, sociologiques, économiques ou contextuelles à donner.

Mais j’en resterai là. Vous en savez suffisamment pour vous laisser happer par ses mystérieuses figures architecturales et anthropomorphes.

Les esprits sommaient Augustin Lesage de « ne pas chercher à comprendre ». Peut-être devrions-nous faire pareil ;)

Voir les œuvres d’Augustin Lesage (en vrai, de ses petits yeux ébahis) : LAM Lille Villeneuve d’Ascq
A lire également : ART BRUT collection abcd

Augustin_Lesage_4

Augustin_Lesage_3

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s